October 22, 2006

Un MUST aujourd'hui: Le CDP pour les postes et bureaux distants

Est-ce plus simple à développer, le besoin des utilisateurs est-il plus important ou le marché est-il plus conséquent ou un peu des 3, reste que le nombre d'offre est conséquent sur ce segment, preuve qu'une certaine maturité est intervenue chez les industriels qui prennent en main une problématique grandissante chez les utilisateurs. Le volume explose sur les postes de travail nomade, les populations se déplacent sans revenir à leur "base" pendant plusieurs jours tout en modifiant et stockant des données souvent critique pour l'entreprise. Le moindre PC portable arrive aujourd'hui avec 80 ou 100Go de disque dur et il est donc invraisemblable ou impossible de faire transiter ce volume sur un réseau public ou sur un simple lien ADSL dans un délai raisonnable. Il faut donc inventer de nouvelles méthodes pour protéger ces données, les attitudes ne changeront pas, c'est donc bien par l'innovation que nous allons y arriver.

Rien qu'à parcourir les sites de stockage ou simplement effectuer une recherche sur Google, nous tombons sur pas moins de 20 offres venant des fournisseurs traditionnels de backup ou d'acteurs plus spécialisés à la limite de l'offre ASP qui peuvent parfaitement remplir la fonction. Citons parmi eux Asigra, Atempo avec l'offre LiveBackup issue du rachat de Storactive, Avamar et son superbe produit Axion couplé à TimeSpring pour la partie CDP, CA avec les solutions provenant de XOsoft acquis il y a quelques mois, EVault, IBM avec Tivoli Continuous Data Protection for Files, Iron Mountain avec la gamme Connected ou LiveVault, ou Symantec avec aujourd'hui seulement DLO car le petit dernier, NetBackup PureDisk, rompant avec l'approche historique et ancienne de l'éditeur, ne sait toujours pas faire de CDP. Et attention, pour rappel, il existe plusieurs modes CDP sur le marché, les near-CDP ou Canada-Dry et les vrais, la différence se faisant souvent sur la capture non continue ou la granularité en restauration. Quelques grands noms - EMC, HP ou SUN - demeurent absents ou peu présents, marketant assez faiblement leur offre sur ce marché.

Quelques défis existent néanmoins avec la nécessité de réduire la quantité de données qui transite sur le réseau par des mécanismes de réduction significative du volume de données basés sur des techniques de cryptographie (algorithmes de hashing type MD-5, SHA-1 ou les dérivés) pour offrir un vrai mode incrémental au niveau bloc, de dé-dupliquer les informations quelque soit l'environnement source, de supporter les échanges via http et les connexions VPN.

Alors, n'hésitez plus, les solutions mentionées plus haut sont vraiment efficaces et trouvent leur place dans une utilisation assez standard, pour certaines avancées, d'un poste distant ou nomade. Faites votre choix mais surtout testez la solution.
Share:

0 commentaires: