July 12, 2009

La nouvelle assurance des applications

AppAssure Software (www.appassure.com), éditeur innovant, tente d'apporter une assurance au fonctionnement du service applicatif basé sur SQLServer, Exchange, SharePoint ou le serveur de messagerie BlackBerry sous Windows natif ou intégré à VMware VirtualCenter. L'idée, à priori simple mais peu évidente pour certains acteurs, est de fournir une solution de protection complète des applications et non limitées aux données seulement, autour de techniques de capture de données stockées sur disque, de copie à distance et de journalisation. AppAssure crédibilise le couple Données + Application contrairement aux solutions assez inutiles qui ciblent les données ou les applications séparément. Une donnée seule, copiée à distance, récupérée ou restaurée... est peu utile sans application pour la traiter et la servir et l'inverse est aussi vrai, une application sans data ne sert à rien. AppAssure se positionne donc comme une offre alternative souple et agressive avec un nombre important de références, un mode trial, des outils gratuits et une communauté en ligne. Parmi les offres concurrentes, citons les acteurs Double-Take, Mimosa, InMage, BakBone avec la technologie issue d'Asempra, CA avec XOsoft ou les gros comme Microsoft, Symantec voire VMware.
Côté société toujours basée en Virginie comme WQuinn, on retrouve quelques noms que l'on connaît bien: Najaf Husain, CEO et ancien patron de WQuinn Associates et de son fameux SRM StorageCeNTral pour environnement Windows, intégré aussi à Windows il y a quelques années en version lite et vendu par la suite à Precise (PreciseSRM) et ensuite à Veritas par l'acquisition de cette dernière pour finalement "finir" sous le nom de Storage Central (un retour ?), Todd Fredrick, Jack Codde ou Dan Kyler, l'un des papa de QuotaAdvisor et PreciseSRM.
AppAssure développe 2 produits: Replay AppImage et MailRetriever.
Le premier produit Replay AppImage, vraiment un nom à revoir, adresse un aspect hybride entre le CDP de données et la résilience applicative baptisée ici Application Imaging. La solution permet donc de surfer sur les avantages du CDP (élimination de la fenêtre de sauvegarde avec RPO et RTO nuls) et de proposer un recouvrement applicatif rapide, extrêment rapide. En 5 clicks, Replay AppImage est installé et configuré et l'application complète est protégée. La technique est déja vue puisqu'elle associe un agent léger capturant en arrière plan les blocs modifiés, constituant des snapshots envoyés sur le serveur Replay sur lequel les données sont compressées, dédupliquées et stockées de façon optimisée. L'image ainsi constituée comprend l'OS, l'application et les données rendant simple, indépendant et auto-recouvrable le processus de reprise. Ce dernièr peut donc se dérouler où l'on veut et quand on veut en quelques minutes suivant différents scénarios: perte ou effacement de données, défaillance du serveur ou migration vers un nouveau matériel. 
Le second produit MailRetriever, très simple et abordable, est dédié à Microsoft Exchange permettant de parcourir, recouvrir, chercher, exporter et analyser les messages et boîtes aux lettres directement depuis les Exchange Data Stores (EDBs). Avec cette solution, quelques click suffisent pour restaurer un simple message ou une boîte complète.
Le prix est vraiment très aggressif avec 900$ pour une license serveur, 300$ par add-on applicatif et 10$ par mailbox.
AppAssure confirme donc que le Backup est mort puisqu'il est associé à la bande, morte aussi, et que toutes les solutions viables devraient être basées sur la technologie disque pour satisafaire au SLA applicatif et de continuité de service. Encore une fois ce qui est importnat n'est pas le média ou le contenant mais seulement le contenu. Les fournisseurs et faiseurs de technologies semblent souvent l'oublier, il n'y a seulement que 2 choses importantes: La Donnée et le Service rendu, ce dernier étant lié à l'application. AppAssure recherche des partenariats et des distributeurs, reste maintenant à persuader les utilisateurs, toujours réticents, surtout les français, à adopter une solution peu déployée, sans présence locale du fournisseur et dont la société est vraiment de petite taille. En tout cas une vraie bonne alternative qui ne devrait pas tarder à arriver au catalogue de certains gros, attendez et vous verrez...
Share:

5 commentaires:

Anonymous said...

"les avantages du CDP (élimination de la fenêtre de sauvegarde avec RPO et RTO nuls)"

!!!!!!!!!!

Alors la, il faut m'expliquer.

Il existe des CDPs synchrone de bout en bout ? J'aurai plutot pense tout simplement a de la replication synchrone avec tout ce qu'il faut de parametrage pour que ce soit synchrone de bout en bout.

Quand au RTO nul, c'est pour moi un mecanisme de cluster de processus. Technologie que Digital, IBM et d'autres ont developpee depuis de nombreuses annees.

Comment donc obtenir un RPO et un RTO nul avec du CDP ?

Philippe NICOLAS said...

On parle ici d'Application Imaging qui couvre les données et le comportement applicatif, binaires installés compris. C'est bien au-delà du CDP originel qui s'occupait de capturer uniquement les données et ainsi fournir un RPO nul, enfin pour les meilleurs et les fidèles au concept. Ensuite, c'est une question de type de défaillance, on comprend qu'un processus mort, un panic système ou un fort ralentissement n'impose pas le même processus de recouvrement. Pour offrir la possibilité de réduire le RTO sur des machines différentes et en plus distantes, on n'a pas fait mieux que le cluster, voire le geo-cluster et je suis en phase avec vous bien sûr. Certains innovateurs ont quand même été plus loin que les approches historiques de reprise que vous citez, par exemple Ejasent (acquis par Veritas en 2004) qui "snapshotait" les processus en mémoire et les redémarrait dans leur même état avec le même pid sur un autre système, on avait alors une vraie continuité de service. Pour finir, la réplication est l'ancien terme qui finalement faisait une copie distante intelligente, les puristes conservent le terme, les modernes parlent de CDP remote mais certains parlent même de réplication pour couvrir le miroring et la simple copie distante sans versioning. Les marketeux sont passés par là et ont décliné le concept en CDP local et distant (réplication). Sinon, un pur CDP de données a du mal à faire du RTO nul sans un lien applicatif car il ne s'occupe que des données... L'approche AppAssure demeure intéressante...

Anonymous said...

Merci Mr Nicolas.

Philippe NICOLAS said...

Parfait, merci pour vos remarques. Si vous pouviez juste vous identifier quand vous postez vos remarques et non le faire en anonyme. Je pense que cela aurait un meilleur écho. A vous de choisir, dans tous les cas, je modère les commentaires pour éviter les dérives et le spam-post bizarre.

Zigomar said...

OK, pas de soucis.

C'est toujours un plaisir de vous lire. Le sujet est passionnant, et malheureusement, les concepts sont tres peu connu dans le monde de l'infrastructure informatique, meme si cela se decante petit a petit.

En ce qui me concerne, je travail sur Televaulting d'Asigra depuis plus de 2 annees maintenant (expertise technologique, integration, dimensionnement, support a la vente). Cette transition vers cette activite a ete plutot naturelle, car venant du monde du secours informatique. Je manipule donc tous les jours, les RTOs, RPOs, scenarios de sinistre, procedures de recovery etc ....

A bientot
Zigomar