March 21, 2007

Cemaphore, une protection efficace pour Exchange

Cemaphore (www.cemaphore.com), éditeur américain confidentiel mais clé sur le marché de la protection des données, a annoncé récemment un accord d'intégration technologique avec EMC pour la gamme archivage du constructeur. C'est l'occasion pour nous de revenir sur la technologie développée par Cemaphore présente au sein du produit MailShadow.

Tout d'abord, l'histoire de Cemaphore est récente, la société a été créée en 2002 avec pour seule et unique mission la fourniture de solutions permettant d'assurer la disponibilité, l'intégrité et la fiabilité du service de messagerie Exchange. Cemaphore s'appuit sur une grande expertise de la partie transactionnelle d'Exchange, le profil du management et de l'équipe de développement en témoigne. Incroyable quand on y pense, une partie importante du business mondiale repose sur un service de messagerie. Aujourd'hui, on deal par email et l'email est devenu finalement le premier vecteur de l'information, la majorité des échanges d'information intra- et inter-entrerpises passent par la messagerie. Et pour mesurer son asservissement au système, il suffit d'arrêter le service, on comprendra assez vite alors que la messagerie est devenue la Dorsale applicative de l'entreprise. Et c'est d'autant plus vrai, que les phases de consolidation sont passées par là, on trouve un nombre significatif d'utilisateurs sur un seul système de messagerie. L'évolutivité et la continuité du service sont donc devenus incontournable et ce n'est pas les solutions basiques de reprise d'activité comme les solutions cluster, satisfaisantes il y a quelques années, qui font changer les choses. Même chose pour les techniques de réplication, qui ont certes fortement évoluées avec des modes incrémentaux orientés fichier ou même bloc, mais qui ne prennent pas en compte la nature transactionelle de l'information. Ainsi, une corruption est répliquée, fidélement, le système joue pleinement sa fonction, une donnée est copiée, l'opération est acquittée validant ainsi l'application de la donnée corrompue sur le système distant. La solution qui reste face à cette erreur demeure le rechargement de la totalité des données en l'absence de moyens de vérification des opérations. L'objectif de temps de reprise, le fameux RTO, devient alors incontrôlable et ne peut faire l'objet d'engagement de service par le service informatique. Il faut donc revoir la solution, le besoin a changé, la donne a changé, la réponse doit être différente.

MailShadow arrive alors avec un esprit différent, le produit réplique localement les transactions MAPI et les agrége en paquets compactés grâce à un protocole propriétaire prêts pour la transmission aux différents serveurs Exchange de secours. Son existence est matérialisée par 2 gateways présente sur les sites émetteur et récepteur. La charge sur le réseau est ainsi réduite, le clonage est parfait et fin puisqu'au niveau transactionnel. MailShadow est d'une souplesse rare, la réplication est applicable au niveau boîtes aux lettres et les niveaux de RPO et RTO sont extrémement élevés. La solution est donc assez proche de Business Continuity Server d'Asempra, de TimeSpring TimeData ou Mendocino Software InfiniView mais en retrait de Mimosa Systems NearPoint, la rolls pour Exchange, le produit le plus abouti du marché, qui va passer chez... vous le saurez bientôt car sur 2007, je vois bien l'éditeur se faire absorber.
Share:

0 commentaires: