November 14, 2011

OpenStack, une communauté incontournable

Premier rendez-vous de ce 6ème tour avec l'équipe de presse européenne chez Rackspace (www.rackspace.com | NYSE:RAX) à San Francisco pour une session dédiée à OpenStack. La semaine commence avec un sujet très chaud dans la communauté Cloud où OpenStack a ses défenseurs et aussi ses opposants. La session est menée par Scott Sanchez, Directeur du Bus. Dev. Cloud Builders chez Rackspace, et Christopher MacGown, CTO et foundateur de Piston Cloud Computing. La présentation démarre et encore une fois le raccourci est fait à propos de la virtualisation et le Cloud. Rien n'impose d'opter pour la virtualisation pour faire du Cloud, bizarre, Zoho est "bare metal" et Zoho est un des roi du SaaS. On peut faire du Cloud sans Virtualisation et bien sûr de la Virtualisation sans Cloud. Maintenant la Virtualisation apporte de vrais et réels avantages sans aucun doute, cette non-adhérence au matériel permet tellement de services et de souplesse qu'il est évident comme choix. Mais quelle virtualisation ? La commerciale et la plus présente du marché avec VMware mais pas celle utilisée par les Cloud Service Providers plutôt KVM et Xen. Le message OpenStack est clair avec une adoption du Cloud en 3 étapes:
  1. Virtualisation des serveurs avec un hypervisor comme VMware ESX, Citrix Xen Server ou KVM pour s'affranchir complétement du matériel et tendre vers une banalisation des ressources physiques. Les gains sont évidents et rapides avec une meilleure automatisation et efficacité du service IT et économique. Dans cette étape, la virtualisation du réseau et du stockage est naturelle et l'idée de constituer des pools de stockage est clé. La question du contrôle du provisionnement des instances virtuelles reste la grande interrogation, l'environnement devient tellement "facile" à créer, que les VMs poussent toutes seules...
  2. La seconde étape est la considération de la pièce manquante représentée par OpenStack. La solution se justifie quand les environnements deviennent importants et une couche de management indispensable. OpenStack se présente d'ailleurs comme un Cloud Operating System, contrôlant les pools de ressources et automatisant le réseau. Il permet aux applications de se connecter grâce à de nombreuses APIs et promet un portal self-service aux utilisateurs.
  3. La dernière phase est le statut d'OpenStack qui se veut être la couche globale de gestion complète des opérations Clouds que celles-ci soient internes (privées) ou externes (publiques). On peut même rêver à une couche unifiée et transparente permettant une connexion naturelle entre ces types d'environnements.
OpenStack est Open Source sous la licence Apache 2.0. Il apparaît être très évolutif et est soutenu par une large communauté de développeurs. Il offre une totale indépendance vis-à-vis des vendeurs avec une ouverture maximum. Aujourd'hui l'initiative OpenStack regroupe 137 membres et plusieurs projets comme les fondamentaux:
  • Nova ou OpenStack Compute qui est le coeur avec les parties provisioning et mangement de machines virtuelles,
  • Swift ou OpenStack Storage qui instancie un espace de stockage en mode objet avec la notion de blob à partir de serveurs standards,
  • Glance ou OpenStack Image Service qui fournit la gestion et le catalogage des images des serveurs virtuels,
  • Keystone ou OpenStack Identity qui est dédié à la partie Autorisation et Authentification.
Plusieurs autres projets démarrés plus récemment existent et viennent compléter les 4 éléments ci-dessus. Notons Quantum ou OpenStack Virtual Networking, on y retrouve Nicira notamment, Horizon ou OpenStack Dashboard, Atlas ou OpenStack Load Balancer...



La présentation délivrée ce jour-là est disponible ci-dessus. Nous avons eu une très bonne session mais nous nous interrogeons toujours sur la raison pourquoi Rackspace n'utilise pas OpenStack pour son offre Cloud. OpenStack existe-t-il pour favoriser Rackspace ? Y a-t-il un problème de maturité, de performance, de réelle évolutivité ? Rackspace l'a-t-il lancé pour se bâtir un écosystème de non agression envers lui-même ? Le but est-il de renforcer Rackspace en laissant la compétition à distance ? Tout ça est bien bizarre, il semblerait que Rackspace débute à peine le déploiement d'OpenStack... Toujours est-il qu'OpenStack fait du bruit, qu'il est un standard de fait et qu'il entraîne une vraie dynamique sur le marché, il est donc à considérer, à tester, éventuellement à être adopté s'il convient.
Share:

1 commentaires:

Zigomar said...

J'ai appris des trucs.

Merci bien.

A+
Zigomar