February 9, 2012

Brocade, dans de beaux draps

Brocade (www.brocade.com | NASD:BRCD), le pionnier de Fibre Channel, continue son marronnier initié en 2009. Toujours à la recherche d'un repreneur, Brocade sent visiblement que quelque chose se passe sur le marché, il faudrait qu'en même ouvrir les yeux. Certains fonds privés se retirent, le management Brocade étant trop gourmand justifiant d'une base installée importante, d'un certain leadership technologique mais subissant un recul visible sur le marché projettant une certaine méfiance. La société réalise quand même 2,15B$ en 2011 pour une valorisation qui oscille entre 2 et 3B$ parfois plus. A fin Octobre 2011, la société comptait plus de 4500 employés soit un très bon ratio supérieur à 470k$ par employés. La marge brute demeure colossale à presque 60%, le cash est important de l'ordre de 400M$ mais le résultat net certes positif est ridicule à 50M$ soit juste un peu plus de 2% du revenu. Là on voit que ça peine et la tendance est visible, ce n'est pas bien lourd: 2007: +66M$, 2008: +166M$, 2009: -83M$,2010:+116M$ et donc 2011 à +50M$. Le Business issu de Foundry Networks semble enfin recueillir ses fruits peut être trop tard.
Brocade a loupé HP qui a préféré 3Com et le choix de Dell s'est porté vers Force10. La suite pour Brocade demeure incertaine quand on lit les déclarations de certains analystes, on comprend : "There is a very good opportunity for private-equity investors to make better of use of Brocade and its assets than the current management," said Erik Suppiger, an analyst at JMP Securities LLC in San Francisco. "The question is whether management is receptive to a price that is attractive to private-equity investors. There are certainly investors that are receptive to prices that are below what management is looking for.". L'article complet est disponible ici. Si là le management de Brocade ne comprend pas... mais reconnaissons que les intérêts peuvent diverger et ces personnes n'ont pas les mêmes.
Allons plus loin, et supposons que Brocade disparaisse. Qui serait gêné ? PERSONNE, si quelques clients qui devront temporairement continuer et ensuite migrer progressivement vers autres choses mais sinon PERSONNE. Vous n'êtes pas persuadés, regardez le marché:
  • côté NAS, quelque soit la taille des environnements, les serveurs n'ont besoin que d'IP en accès client et sont connectés en direct aux unités de stockage et pour les gros environnements ceux dits "scale-out", Infini-Band ou GbE ou 10GbE sont utilisés. Que dire des têtes NAS, peu d'adoption donc pas de gêne ou gêne gérable.
  • pour le SAN, c'est effectivement plus gênant car c'est la raison d'être du FC mais déjà beaucoup d'environnement ont switché vers iSCSI et certains sont mêmes revenus au DAS avec les cartes PCIe pour SSD par exemple.
  • le Cloud n'a bien sûr pas besoin de FC, les infrastructures sont financiérement optimisées pour éviter les investissements lourds, très lourds de FC, ce monde-là est iSCSI à la rigeur mais surtout IP. Certaines offres SSD comme SolidFire montant à 1,2PB de capacité sont d'ailleurs en connectique iSCSI uniquement.
  • côté Big Data, c'est pareil et pour les très gros environnements Internet, les plus gros data center du monde finalement, qui peut imaginer qu'ils utilisent FC, ce serait suicidaire et surtout inutile. Ces gros environnements sont fortement distribués et consomment de IP et Ethernet à tour de bras. Ils ne mettent pas d'argent dans une technologie chère, contournable et vouée à long terme à disparaître. C'est fini le temps où l'argent des VCs servaient à payer des licences Oracle ou Brocade, des solutions commerciales éprouvées mais au coût prohibitif mais surtout encore contournables.
Et puis pour terminer, j'aime à penser que les autres acteurs au coeur du data center ont participé à un leurre avec CEE/DCC... laissant croire à Brocade que ce serait le futur et ainsi laisser les investissements se faire, quelle partie d'échec... A suivre dans les prochianes semaines.
Share:

0 commentaires: